Apprendre l’anglais en manipulant

J’aime beaucoup les livres d’Eric Carle, en particulier pour commencer l’anglais avec les jeunes enfants.

Vous connaissez sûrement celui-ci, traduit en français :

Chenille Eric Carle

Des histoires avec des animaux, des illustrations très colorées, un style propre avec sa technique de découpage. Les enfants sont vite captivés et retiennent facilement les textes à structures répétitives, même en anglais.

Chez nous, il y en a un qui a connu un grand succès avec les aînés, et qui aujourd’hui passionne aussi Eléane : « 1,2,3 to the zoo »

Un nombre et un type d’animal par page, avec un petit train en bas de chaque page qui se remplit au fur et à mesure de l’histoire.

 

Et à la fin, tous les animaux sont au zoo, le train s’est vidé et l’enfant peut s’amuser à les retrouver dans l’image en les comptant.

Pas de texte dans ce livre. On peut donc, au choix, travailler sur les nombres de 1 à 10, les noms d’animaux, les couleurs, à l’intérieur/à l’extérieur… Avec un peu d’imagination, l’exploitation de ce livre est très riche et tout à fait abordable en anglais.

Il y a quelques années, j’avais créé en plus un lapbook* pour que les enfants puissent manipuler en comptant.

Girl4 aime deviner qui se cache derrière le « one » ou le « two », etc… Et elle s’amuse à compter et recompter en anglais. Elle travaille ici la suite numérique et le dénombrement. On fait des maths en anglais !

*******

*lapbook : « un lapbook est un dossier thématique regroupant des informations sous forme d’images, de dessins, de tableaux et d’écrits. Il constitue une sorte de « résumé » du sujet abordé ou étudié. Les informations sont mises en forme par différents moyens mobiles que l’enfant organise : les formes s’ouvrent, des accordéons se déplient, des roues tournent, des pochettes de cartes s’emboîtent … », définition recueillie sur le site Carpe Diem qui en propose de nombreux sur des thèmes très varié.

Publicités

Division ludique

Habituellement, la division n’est pas l’activité favorite de Boy1…

Mais quand il a décidé de la travailler à sa manière, la technique devient un « jeux d’enfant » ! Il est capable de se concentrer un long moment sur ses barres aimantées après avoir trouvé le résultat de son opération. La présentation est pour lui aussi importante que le calcul en lui-même. C’est aussi une motivation intérieure supplémentaire qui l’aide à mobiliser ses acquis, à les ordonner et à les utiliser. Et tout ce travail se fait avec une expression de satisfaction sur son visage. On sent qu’il prend du plaisir à l’effectuer

 Entre ombres et soleil !

Et il n’a pas travaillé que des notions de maths ce matin ; il a également expérimenté quelques bases de photographie concernant la sensibilité à lumière. Il a donc replacé toute sa division de manière que la lumière soit plus uniforme sur sa photo.

Photo refaite :