Les bacs sensoriels

Observer, toucher, sentir, écouter, goûter… stimuler ses sens, une activité phare chez les petits, mais aussi chez les plus grands.

La semaine dernière, j’ai eu la visite d’une petite fille de 2 ans et je lui ai rapidement concocté un petit plateau avec différents éléments à toucher, sentir, écouter et admirer. En allant fouiller dans mes anciennes photos, j’ai retrouvé quelques exemples que j’avais confectionnés pour Girl4 quand elle avait 2 ans. J’aimais beaucoup jouer sur les couleurs et lui offrir quelque chose de beau et d’esthétique, même si après quelques manipulations, tous les éléments se mélangent rapidement sous les petites mains curieuses.

Le bac sensoriel répond parfaitement à ce besoin d’explorer du jeune enfant. On peut y mettre quasiment toute sorte de choses et d’éléments naturels (attention tout de même aux objets trop petits si l’enfant est très jeune et met encore beaucoup à la bouche). J’aime utiliser des éléments naturels, mais j’y ajoute des contenants pour transvaser, pour cacher des objets, ou tout simplement répondre aux besoins de mon thème.

Quelle forme de bac : idéalement un plateau assez grand avec des bords, mais tout bac ou boîtes basses peuvent faire l’affaire. Ici, on a opté pour un plateau rond à bord de 4-5 cm pour que les éléments fins ne s’éparpillent pas partout. Pourquoi rond ? Tout simplement le modèle que j’avais à disposition dans la cuisine…
On peut choisir de les composer sur un thème particulier : la forêt, la plage, une saison, Noël, Pâques, une couleur particulière, des éléments naturels, la récolte ramenée d’une balade… l’idée étant de stimuler un ou plusieurs sens.

Jouer avec les textures : 
– fluides comme l’eau, le sable, les petites graines, la semoule…
– douces ou rugueuses : coton, laine, papier émeri…
– molles ou dures : éponge, mousse, liège, bois, cailloux, coquillages…
– collant ou lisse :  certains bourgeons collants, objets entourés de scotch double face, billes…
La température, chaud ou froid : glaçons, pierres chaudes, objets mis au frigo quelques minutes…
La masse, légères ou lourdes : plumes, pierres, plomb, coton…
Sec ou humide : éponge mouillée, tissu humide, mousses, sciure ou copeaux de bois sec…
 
Avec les odeurs : écorces d’orange, fleurs, herbes aromatiques, bâtons de cannelle…

On peut aussi partir de l’intérêt de l’enfant pour explorer son environnement : utiliser une dînette, un jouet, un bonhomme, un râteau, un récipient, une paille… que l’on mélange aux éléments naturels. L’enfant regarde, découvre, explore, apprend, touche, goûte, sent, teste, transvase, mélange, joue, écoute, ose, prend du plaisir, et tellement d’autres actions encore !

L’idée de laisser le petit enfant retourner le contenu du bac peut parfois effrayer surtout si on y met de l’eau, de la farine, du sable ou tout autre ingrédient de texture fine. On peut proposer cette activité en extérieur, sur un balcon ou encore prévoir une protection à étaler sur le sol avant le début des manipulations.

Quand nous avons exploré la couleur jaune, j’ai proposé à Girl4 ce plateau :

En parallèle, elle a peint avec de la peinture jaune, trié des éléments de cette couleur, effectué des recherches d’objets jaunes dans la maison… Le jaune était présent partout et j’attirais régulièrement son attention sur cette teinte.

Publicités

Une visite à la mare

Avec notre groupe d’IEF, nous sommes allés observer la vie dans une mare. Le site est assez sauvage puisqu’il est situé dans une réserve naturelle proche d’un étang.

Une activité passionnante pour les enfants (et même pour les adultes !), car la vie grouille dans ces petits point d’eau.
Mais il est également possible d’observer les petites bêtes dans des flaques ou des eaux stagnantes…
 

 

Il ne faut pas grand chose comme matériel : quelques bocaux transparents pour récolter des échantillons d’eau à analyser, une ou deux loupes, éventuellement une épuisette, de quoi noter.
Il suffit juste de prélever un peu d’eau de la mare en allant chercher dans les bords ou dans la vase, on y trouve une multitude d’espèces vivantes.

 

Les enfants sont généralement ravis de « pêcher ». Ils découvrent avec intérêt toute cette faune presque invisible et grouillante, et se prennent très vite au jeu si la mare est riche en biodiversité. En ce moment, ce n’est pas la période la plus propice, mais nous avons pu quand même récolter de nombreuses espèces.

Pour les plus grands, on peut approfondir avec une clé de détermination (ici ou ) des larves, insectes et autres bestioles récoltées, voire même les dessiner et noter ses observations sur un carnet. Cet écosystème est très riche et permet de mettre en évidence les relations entre les espèces vivantes animales et végétales (notion de chaîne alimentaire).

 

**********

En 2009, les enfants avaient réalisé un élevage de têtards et étudié le cycle de la grenouille à la maison. Ils avaient noté leurs observations sur la métamorphose du têtard :
1 mois : têtard sans patte
2 mois : les pattes postérieures poussent
3 mois : les pattes antérieures poussent

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La nature crée son oeuvre…

Petite promenade matinale ce matin au bord du lac…

Nous découvrons le long du chemin bordé de roseaux de magnifiques sculptures de glace dont la transparence et la brillance sont dessinées par les rayons du soleil. Les enfants sont émerveillés par la beauté et l’esthétique de ce décor naturel. La nature a créé son propre land art…

Et l’Homme n’aurait pas su faire mieux de ses propres mains. Dommage les photos ne restituent que partiellement la magie et la beauté de ces œuvres.

Arrêt sur image. Le temps est comme suspendu : les petites stalactites inclinées par le vent sont comme figées dans le paysage. Le tableau évolue d’heure en heure et le temps façonne ses sculptures au gré du vent et de la chaleur du soleil. Et dans quelques jours, tout aura disparu. Créations éphémères. Féerie de la nature…