Concentration et « recentrage »

Pour un travail efficace, il est nécessaire que l’enfant se recentre et soit entièrement disponible à la tâche qu’il va accomplir.

Il est possible de lui proposer une écoute musicale ou une courte séance de méditation avant une séance de travail. Pour certains aussi, un effort physique intense d’un quart d’heure peut permettre de se défouler et de mieux se concentrer par la suite. Dans cet article, je vous propose d’apprécier les bienfaits du mandala. Très connu pour le coloriage, de nombreux livres en proposent des centaines de modèles. Mais le bénéfice du mandala est encore plus grand, si on le réalise soi-même.

Il permet d’atteindre un équilibre, d’être en harmonie avec soi-même et son environnement, de se détendre. Un exercice efficace également pour accepter ses imperfections, pour apprendre à ne pas se juger lorsque la symétrie n’est pas parfaite, exercice d’autant plus complexe dès lors qu’on se rapproche de l’âge adulte. La pratique permet cependant de travailler ce dernier point et d’accepter de mieux en mieux ses défauts.

Le mandala, en sanskrit, signifie cercle. Il est organisé autour d’un centre. Chez les tibétains et les indiens, il représente le rapport de l’être humain avec l’univers et il est utilisé pour la méditation. Mais on le retrouve partout autour de nous : rosaces, corolles de fleurs, flocons, toiles d’araignée… Les exemples sont nombreux si l’on prend le temps d’observer.

En demandant à un enfant de dessiner son mandala, puis de le colorier, l’intérêt est multiple : il se pose, se calme et retrouve un équilibre qui le conduira à être plus disponible et centré sur son travail.

Pour dessiner un mandala :

  • tracer un cercle.
  • diviser le cercle en six quartiers comme pour réaliser une rosace (on peut aussi tracer 2, 4, 8 ou plus de quartiers).
  • commencer à tracer une ligne quelconque dans le premier quartier, et la reproduire à l’identique dans les autres.
  • dessiner une autre ligne toujours au feeling et la reproduire à nouveau dans les cinq autres quartiers…

Une fois terminé, on peut passer au coloriage. Le coloriage de l’extérieur vers le centre, permet de se recentrer. Du centre vers l’extérieur, on travaille sur l’ouverture au monde.

Simple à réaliser, avec une infinité de possibilités, le résultat sera vite satisfaisant aussi bien sur le papier qu’à l’intérieur de soi.

Exemple de mandala réalisé en duo avec ma fille de 6 ans.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s